NOTRE IMPACT

Au village de Notatinga

FAIRE UN IMPACT SUR 13 

des 17 objectifs de développement durable de l'ONU

Éradication de la pauvreté

Les actions de Vergers d’Afrique visent l’autonomie économique de 100 femmes par la création d’activités génératrices de revenus provenant des récoltes des vergers & jardins communautaires sur 10 ha. La vente des céréales, des fruits et légumes frais et transformés sur le marché local et canadien est une source de revenus importante pour les femmes afin de répondre aux besoins de leur famille.

Lutte contre la faim

Vergers d’Afrique lutte pour assurer la sécurité alimentaire de 3000 habitants de la zone aride de Bokin par la plantation de 800 arbres fruitiers (manguier, goyavier, anacardier) et la réalisation de 50 jardins communautaires comme activité économique pour 50 femmes. Ce projet permet l’autosuffisance alimentaire et une offre alimentaire plus diversifié pour les familles.

Bonne santé et bien-être

Chantal Bernatchez s’est vu octroyer le mérite du développement durable en 2015 par son employeur Hydro-Québec grâce à son projet de prévention de la malaria au Burkina Faso par la distribution de 2000 moustiquaires de lits le 8 mars 2013 lors de la journée internationale de la femme.

Accès à une éducation de qualité

Vergers d’Afrique a permis la formation sur une période de trois ans de deux jeunes burkinabés. Alpha, un jeune homme en agriculture et élevage et Sophie, une jeune fille en transformation alimentaire pour devenir des leaders pour le renforcement des capacités des jeunes et des femmes au village de Notatinga.

Égalité entre les sexes

L’autonomisation et l’émancipation des femmes et des jeunes filles est au cœur des actions de développement de Vergers d’Afrique. Par la valorisation des produits locaux (production, transformation et commercialisation des fruits, légumes et céréales du village), nous donnons les moyens techniques et financiers et les connaissances aux femmes pour réaliser par elle-même leurs activités génératrices de revenus.

Accès à l'eau salubre et à l'assainissement

Vergers a permis la réalisation en 2019 du premier forage au village avec l’installation d’un château d’eau de 10 000 litres donnant accès ainsi à de l’eau potable via un robinet pour 5 villages. De plus, un système d’irrigation goutte-à-goutte à énergie solaire sera installé d’ici la fin 2020 pour automatiser l’entretien des vergers et des jardins communautaires d’une superficie de 5 ha. Ainsi le fardeau d’arrosage des femmes sera diminué et elles pourront économiser du temps pour se consacrer.

Énergies fiables, durables et modernes, à un coût abordable

Vergers d’Afrique a donné en 2018 le premier accès à la lumière au village par l’installation d’un lampadaire à énergie solaire incluant 6 connexions USB pour le rechargement des téléphones et ordinateurs portables. Un changement majeur pour les jeunes qui peuvent désormais se réunir à l’entrepôt Vergers d’Afrique du village pour étudier en groupe. Une réalisation des plus touchantes.

Accès à des emplois décents

En 2019, Vergers d’Afrique a obtenu un contrat de fabrication de farine de manioc de 4T/an à un prix équitable auprès de l’entreprise québécoise et féminine Lulubelle & Co. Cette farine «Made in Burkina Faso» servira de matières premières pour les mélanges de boulangerie et de pâtisserie pour le marché des produits sans gluten. Un travail décent pour les femmes avec un marché garanti et une croissance économique intéressante.

Infrastructures, industrialisation et innovations durables

Vergers d’Afrique a poussé le concept de l’innovation en irrigation grâce au principe de l’économie circulaire (Récupérer pour recréer). Le projet Irri-blière actuellement à la phase de prototype permettra d’obtenir à moindre coût un système d’irrigation à base de tubulures récupérées du Québec pour un gain économique de près de 15 000$ pour irriguer 10 ha. De la récolte de l’eau d’érable au Québec à l’irrigation résiliente au Burkina Faso pour alléger le fardeau d'arrosage des maraîchères.

Consommation et production responsables

Afin de garantir les rendements en culture, Vergers d’Afrique préconise au village de Notatinga une agriculture écoresponsable en travaillant en collaboration avec l'Institut de l'Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) du Burkina Faso. Cette collaboration durable a été récompensée par le prix international du CoLAB en sécurité alimentaire en septembre 2020 et permettra de garantir la mise en place du projet Bio-Manioc pour une production, transformation et commercialisation durable.

Lutte contre les changements climatiques

La mission première de Vergers d’Afrique est de lutter contre les changements climatiques en zone aride par la valorisation des terres en plantant des arbres fruitiers et en réalisant des jardins communautaires. L’entretien des sols est assuré par un accès accru à l’eau via des technologies vertes (énergie solaire et économie circulaire) à faible emprunte de carbone.

Vie terrestre

Les écosystèmes terrestres doivent être préservés et restaurés surtout en zone aride et aussi dans le respect des mœurs et coutumes. Les actions de Vergers d’Afrique sont alignées avec les traditions des populations de Notatinga. L’organisation sociale est centrée sur la notion de village, de famille et d’unité sociale. Vergers d’Afrique a permis de restaurer 10 ha en zone aride par la plantation de 800 arbres et la réalisation de 50 jardins communautaires en 4 ans. Une empreigne verte durable!

Partenariats pour la réalisation des objectifs

Grâce au projet Bio-Manioc Vergers d’Afrique a créé un partenariat dans la filière manioc entre l’Institut de recherche en agriculture, le gouvernement burkinabé, le secteur privé et la société civile pour soutenir la politique de valorisation des produits locaux par l’introduction de la farine de manioc produite par les femmes dans la filière boulangerie au Burkina Faso. Ce partenariat permet de garantir un marché durable pour le développement des femmes de la filière manioc!

SOYEZ LES PREMIERS AU COURANT!

  • Gris Icône YouTube
  • Facebook
  • Instagram